Jean RENAULT (1730-v.1794) et Françoise SIMON

Jean RENAULT, né le 26 mai 1730,  se marie à La Malhoure le 4 février 1755 à Françoise SIMON

 

Il décède après 1794, à une date non encore connue.

 

Françoise SIMON, sa femme, est la fille de Mathurin SIMON et de Julienne MORDEL.

 

On ne connaît pas actuellement les autres dates et lieux importants de ces ancêtres.

Parmi leurs enfants, signalons Françoise (°18 février 1756), Anne, Mathurine (°18 mai 1757), François RENAULT, né en 1758 et dont nous descendons, et Jeanne (°5 mars 1760).

 

La démographie locale connaît durant ce siècle de fortes variations, essentiellement dues à de courtes mais violentes épidémies qui parcourent la campagne du Mené. L’épidémie de 1758, particulièrement meurtrière, est la mieux connue. Le recteur du Gouray, paroisse située non loin de La Malhoure, précise que « le mal prend par un froid et tremblement dans tout le corps, ils ont ensuite le visage allumé, quelques uns ont des vomissements et les autres le cours du ventre et au bout de quelques jours de la maladie, il leur sort des pustules cutanées autrement dit du pourpre, partout sur la peau »[1]. Près de 10 % de la population totale du District de Broöns périt dans cette terrible épidémie.

Celle-ci sera suivie d’une autre en 1773 et 1774, presque aussi meurtrière, qui frappera jusqu’à 1 300 personnes en même temps. Selon le Sénéchal de Plénée[2], « Les malheureux mourraient étendus sur la paille ou la fougère ou couchés pêle-mêle sans distinction de sexe jusqu’au nombre de quatre ou cinq dans le seul lit qu’il y eût dans la maison ».



[1] in Yves-Marie ROUAT, Le pays de Broons pendant la Révolution, éd. Terroir de Broons, 1989.

[2] in Yves-Marie ROUAT, op.cité.

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2017

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.