Les premiers véhicules automobiles

Si les véhicules, remorques ou charrettes hippomobiles, existent depuis l'Antiquité, il faut attendre l'invention de l'automobile et sa popularisation progressive pour la voir entrer dans la vie familiale.

 

Jusqu'aux années 1950, une minorité de la population détient un véhicule automobile. La famille RENAULT-LE BAILL ne déroge pas à cette situation et les voitures restent longtemps rares, ce qui donne à la possession d'une automobile dès 1929 un caractère exceptionnel.

 

Parallèlement, les campagnes s'équipent progressivement de batteuses et de tracteurs et s'affranchissent peu à peu de la force du cheval.

 

Il ne peut pas être question ici de l'inventaire des automobiles de la famille. On se limitera aux véhicules d'avant la guerre 39-45, compte tenu de leur petit nombre et de leur caractère exceptionnel.

La Citroën C4 des Renault à Trémeur

En décembre 1928, Jean-Baptiste RENAULT et son épouse Augustine JEAN décident d'acquérir une automobile.

 

Cette décision constitue un véritable évènement local, puisqu'il s'agit de la première voiture de la commune de Trémeur, et la seconde du canton  après celle du docteur Cochet, médecin à Broons [source : Jean RENAULT].

 

Leur choix se porte sur le modèle C4 de Citroën, modèle 10 CV 1929, comme en atteste le bon de commande (cliquer pour agrandir) :

La voiture est achetée pour le prix de 26 000 Fr au garage Lucas de Dinan, à l'époque seule concession Citroën de l'arrondissement de Dinan.

Publicité de 1926 du garage Lucas
Publicité de 1926 du garage Lucas

On ne possède pas de photo du véhicule, mais sa silhouette apparaît sur les publicités de l'époque ainsi que sur de nombreux sites d'amateurs.

La Citroën C4 de 1929 en conduite intérieure.
La Citroën C4 de 1929 en conduite intérieure.

Les amateurs de vieilles voitures trouveront ci-dessous un document technique détaillé des caractéristiques de la Citroën C4 de 1929 : 

Citroën C4 et C6 : document technique
RTAC4.pdf
Document Adobe Acrobat 7.0 MB

La Citroën est immatriculée 1529 EA. A l'époque, l'immatriculation des automobiles est sans lien évident avec le département de résidence.

 

C'est à partir du 1er avril 1950 qu'une réforme fera apparaître les 22,29 et autres 35, mode d'immatriculation lui-même modifié en 2009 par l'apparition du SIV de type AA-0000-AA.

 

Le véhicule est assuré à la Compagnie d'assurances du Nord, ainsi que le montre la police signée le 18 décembre 1928 par Jean Baptiste RENAULT, pour un coût annuel de 670 Fr (cliquer pour agrandir) :

Police d'assurance de la Citroën C4 de Jean Baptiste RENAULT
Police d'assurance de la Citroën C4 de Jean Baptiste RENAULT

A cette époque, toute possession d'un véhicule automobile doit faire l'objet d'une déclaration annuelle en mairie entre le 1er et le 16 janvier, transmise au ministère de la Guerre.

Il s'agit pour l'Etat de connaître les ressources automobiles du pays et d'en tenir un inventaire précis et actualisé, en souvenir d'une guerre pas si lointaine qui a vu les taxis parisiens jouer un rôle déterminant lors de l'attaque allemande de la Marne.

 

Toutefois, les propriétaires peuvent être dispensés de l'obligation du rappel annuel dès lors qu'aucun changement (vente, destruction,...) n'est intervenu d'une année sur l'autre.

Tel est l'objet du certificat d'exemption que Jean Baptiste obtient pour son automobile (cliquer pour agrandir) :

Certificat d'exemption de déclaration annuelle.
Certificat d'exemption de déclaration annuelle.

En l'absence de permis de conduire,  Jean Baptiste et sa femme ne conduisent pas la voiture. Cette mission est confiée à leur fils Jean qui obtient le permis de conduire le 27 décembre 1928, à 3 jours de son 20ème anniversaire (cliquer pour agrandir) :

 

Jean RENAULT étant alors élève ingénieur à Paris, l'histoire ne dit pas à quelle fréquence le véhicule a pu être réellement utilisé à ses débuts.

Affecté ensuite comme ingénieur à la direction régionale des PTT à Rennes, Jean revient très régulièrement chez ses parents à Trémeur et peut conduire la voiture à un rythme plus raisonnable au regard du coût d'achat, de maintenance et d'assurance pour un couple d'instituteurs.

 

La C4 sera conservée quelques années, puis finalement probablement revendue lorsque Jean RENAULT quitte Rennes pour Paris où il est affecté.

A paraître prochainement : la famille LE BAILL et la Juvaquatre à Paris.

Mise à jour : mai 2021

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2021

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.