La fièvre jaune

Emile RENAULT (branche familiale RENAULT)

 

La fièvre jaune, ou vomito negro (vomi noir), est une maladie infectieuse d'origine virale.

C'est une zoonose (pathologie animale) due à un flavivirus, le virus de la fièvre jaune. Elle touche les  singes de la forêt équatoriale et se transmet de singe à singe par divers moustiques du genre Aedes. 

Le moustique joue le rôle de réservoir et de vecteur, et le singe celui d'hôte amplificateur. Il s'agit alors de la forme "sylvatique".

 

L'homme traversant ces foyers sauvages d'endémie est sporadiquement piqué par les moustiques infectés et fait alors une fièvre jaune humaine.

Revenu vers les centres habités, il joue le rôle de réservoir de virus. Piqué par le moustique commensal Aedes aegypti, il est à l'origine d'une fièvre jaune purement humaine et épidémique : c'est alors la forme" urbaine".

 

La fièvre jaune demeure encore actuellement une cause importante de maladies hémorragiques dans plusieurs pays africains et sud-américains, malgré l'existence d'un vaccin efficace.

 

Vers 2010 elle tuait de  29 000 à 60 000 personnes par an rien qu'en Afrique et Amérique du Sud, et elle est la maladie la plus sévère portée par les moustiques sous les tropiques.

Elle n'est pas éradicable, à cause de la présence d'un réservoir naturel permanent (moustiques et singes) en forêt tropicale. [Source : Wikipedia]

 

Grave fléau endémique des zones tropicales, la fièvre jaune fait des incursions dans les régions plus tempérées. On a ainsi dénombré 13 000 morts en 1878 dans la vallée du Mississipi, et 10 000 morts à Barcelone en 1821.

 

Cette maladie infectieuse toucha mortellement Emile RENAULT (1870-1889).

 

Né le 25 mai 1870 au Gouray (Côtes-du Nord), frère de Marie et de Olympe RENAULT qui décéderont de la tuberculoseEmile RENAULT épouse comme son frère Victor RENAULT la carrière de marin de la "Royale", qui le conduit en divers endroits du monde et notamment dans les colonies françaises.

 

De retour d’une mission en Afrique, le bâtiment militaire d’Emile fait escale à St-Louis-du-Sénégal avant de regagner la métropole. On y laisse monter des religieux français qui rentrent eux aussi au pays. Nul ne sait alors qu’ils sont porteurs du virus de la fièvre jaune.

 

 

C’est ainsi qu’Emile RENAULT contracte la maladie à bord du bâtiment. Il mourra quelques mois plus tard, le 12 avril 1889, dans les pires souffrances à l’âge de dix-neuf ans, entouré des siens à la maison du Gouray. Nul ne saura soigner cette maladie coloniale, inconnue en Bretagne.

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2020

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.