Morts et blessés de guerre

Guerre de Crimée (1854-1856)

Blessé de guerre

  • Joseph RENAULT (1836-1896), soldat au 10ème Régiment d'Artillerie qui se distingue lors du siège de Sébastopol (octobre 1854 à septembre 1855).
    Revenu des "Balkans" (terme en usage dans la mémoire familiale) avec un handicap moteur après avoir eu un pied gelé, probablement durant l'hiver 54-55.
    Pensionné de guerre.

Guerre 1914-1918

Morts à la guerre

[MF] : déclarés "Mort pour la France"

 

1915

  • Félix VITEL (1881-1915) [MF], fils de François VITEL et de Maï OLLIVIER, cousin germain d'Augustine JEAN. Engagé volontaire aux équipages de la Flotte le 1er octobre 1897, matelot, quartier-maître puis second-maître distributeur.
    Mobilisé à bord du cuirassé Bouvet, disparu en mer avec les 708 officiers et hommes d'équipage le 18 mars 1915 lors du naufrage de son bâtiment après sa collision avec une mine sous-marine dans le Détroit des Dardanelles (Empire Ottoman, aujourd'hui Turquie). 

1916

  • Alfred COUPU (1893-1916) [MF], fils de Marie Joséphine MORLAIS et de Lambert COUPU, cousin germain de Marie Adolphine MORLAIS. Etudiant. Soldat de 2ème cl. incorporé le 12 août 1914 au 19ème RI, caporal le 11 novembre 1914, sergent le 12 août 1915, affecté au 411ème RI.
    Tué à l'ennemi le 6 janvier 1916 dans la tranchée de Posen à Beauséjour, secteur de Massiges (Marne), inhumé au cimetière St-Martin (Brest), carré B, rang 5, tombe 17.
  • Aimé-Marie COLLEU (1871-1916), beau-frère de Marie Josèphe RENAULT, oncle d'Emile COLLEU (cf. infra), soldat au 78ème RIT.
    Mort le 4 mars 1916 à l'hôpital de Rosendaël (actuellement dans Dunkerque, Nord).
  • Pierre RENAULT (1883-1916) [MF], fils de Mathurin RENAUD et Suzanne BRIQUET, cousin germain de Jean Baptiste RENAULT, soldat de 2ème classe au 24ème RI, 7ème Compagnie.
    Mort des suites de ses blessures à l'ambulance 9/2 le 17 décembre 1916 à la ferme de Maujouy en Senoncourt-les-Maujouy (Meuse), inhumé à la nécropole nationale de Senoncourt-les-Maujouy, tombe 431.
  • Louis Marie VITEL (1879-1916) [MF], fils de Toussaint VITEL et Jeanne SALOU, neveu de Reine VITEL, cousin germain d'Augustine JEAN. Matelot fusilier. Embarqué sur l'aviso Altaïr.
    Disparu accidentellement en mer le 31 octobre 1916 dans le goulet de Bizerte. Corps retrouvé le 25 novembre 1916, inhumé à Ferryville [aujourd'hui Menzel Bourguiba], Tunisie.

1917

  • Louis RENAULT (1872-1917) [MF], fils de Mathurin RENAUD et Suzanne BRIQUET, cousin germain de Jean Baptiste RENAULT, soldat au 78ème RIT, 11ème Compagnie.
    Tué à l'ennemi sur le champ de bataille le 15 septembre 1917 au Bois-Bourrus en Fromeréville-les-Vallons (Meuse), inhumé au Cimetière Ouest de Fromeréville-les-Vallons, rangée 42, tombe 18.

1919

  • Emile COLLEU (1890-1919) [MF], fils de Marie Josèphe RENAULT et de Jean Marie COLLEU, cousin germain de Jean RENAULT, employé des chemins de fer. Soldat de 2ème cl., nommé Caporal le 23 août 1912.
    Mobilisé au 47ème RI le 13 septembre 1914 d'abord près de Reims (première bataille de Champagne) puis dans la Somme. Participe aux batailles d'Arras de septembre 1914 à avril 1915, puis de mai à août 1915, et à la deuxième bataille de Champagne (septembre 1915 à mars 1916). Passe au 410ème RI le 23 mars 1916.
    Evacué pour maladie le 10 mai 1916, démobilisé le 14 septembre 1916, mort à son domicile des Hautes Mettries (Caulnes, Côtes d'Armor) des suites de ses blessures de guerre le 22 juin 1919, inhumé à Caulnes.

 

Blessés de guerre

  • François Marie VITEL (Lannebert 1881-19..), fils de Pierre VITEL et Marie Yvonne KERGALL, neveu de Reine VITEL. Engagé volontaire aux équipages de la flotte à Brest le 2 avril 1897,  versé à l'armée de terre le 2 avril 1907. Mobilisé le 12 août 1914 au 74ème RI.
    Citation du 8 novembre 1914 : "A pendant plusieurs jours assuré la liaison entre les deux pelotons de la Compagnie sous un feu des plus violents".
    Nommé caporal le 21 novembre 1914, blessé le 19 décembre 1914 : plaies multiples des doigts de la main gauche, de la cuisse et de l'épaule gauche.
    De retour aux armées le 10 mars 1915. Nommé sergent le 22 mai 1915 puis sous-lieutenant le 18 août 1916 et versé au 26ème RI. Affecté à l'armée d'Orient au 8ème Régiment Colonial le 10 mars 1918. Nommé lieutenant le 18 août 1918, démobilisé le 16 mars 1919.
    Croix de guerre, étoile de bronze.
  • Jean Baptiste RENAULT (Le Gouray 1880 - Trémeur 1962), instituteur. Sergent au 361ème RI, 17ème Compagnie, blessé au combat par un éclat d'obus (contusion lombaire) le 28 septembre 1915 durant l'offensive de Champagne entre la ferme de Navarin et la butte de Souain (Marne).
    Convalescence à Moisselles puis Rennes, puis instructeur des élèves-caporaux à Guingamp jusqu'à sa réaffectation à une unité active le 8 décembre 1917.
    Citation du 2 octobre 1918 : "Sous-officier courageux méritant, a par son calme et son sang-froid conduit la section dans les meilleures conditions sur les objectifs assignés après un passage difficile sous de violents tirs d'artillerie".
    De nouveau blessé, en convalescence jusqu'à sa démobilisation en mars 1919. [Voir ses correspondances de guerre 1914-1915 et 1916-1919].
  • Ernest BERTIN (St-Glen 1897 - Moussey 1938), fils de Marie Josèphe RENAULT et d'Armand BERTIN, oncle de Jean RENAULT. Menuisier. Engagé volontaire par anticipation le 11 janvier 1915 (au lieu de janvier 1916) pour servir dans une unité combattante, affecté au 48ème RI le 26 mai 1916 à proximité de Verdun, évacué malade puis affecté au 10ème Escadron du Train.
    Soldat gazé par l'ennemi souffrant de séquelles de pleurésie, hypoacousie bilatérale des suites de l'éclatement d'un obus à proximité, pensionné de guerre à 65% puis 95%.
    Médaille militaire le 7 octobre 1932, proposé à la Légion d'Honneur le 16 février 1934, Croix du Combattant Volontaire.
    Décède le 9 juillet 1938 à Varangéville (Meurthe-et-Moselle) dans un accident de la circulation.
  • Paul MORLAIS (Brest 1897 - Brest 1966), fils de Charles MORLAIS et de Pauline MASTIN, frère de Marie MORLAIS, oncle de Marie LE BAILL.
    Incorporé au 28ème Régiment d'Artillerie le 17 janvier 1916. Passé au 268ème Régiment d'Artillerie le 1er avril 1917.
    Blessé le 28 avril 1918. Citation du 1er mai 1918 : "Belle tenue au feu. Blessé le 28 avril 1918 en assurant comme coureur la transmission des ordres sous un bombardement intense d'obus explosifs et toxiques".
    Passé au 40ème R.I. le 16 juin 1919. Démobilisé le 28 septembre 1919.
    Croix de guerre.

Guerre 1939-1945

Morts pour la France

[MF] : déclaré "Mort pour la France"

 

1940

  • Arsène RENAULT (1912-1940) [MF], , fils de Pierre RENAULT (lui-même mort des suites de son combat en 1916, cf. supra) et d'Eugénie MOISAN. Affecté au 47ème RI.
    Mort le 11 juillet 1940 à l'Hospice de Troyes des suites de la maladie contractée en service de guerre.

Mise en ligne : juillet 2022

Dernière mise à jour : novembre 2022

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2022

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.