Glossaire de parler de Trémeur

Jean RENAULT, édition 2007

 

D

Da n.m. Doigt.

Dalle n.f. 1- Endroit orné de cadre en bois, formé d’une dalle percée au-dessus de laquelle on pendait la batterie de cuisine et d’où l’eau pouvait s’écouler (JR). 2- Porte-vaisselle, meuble au-dessus de l’évier (RT). [A Brest, la dalle était l’évier].

Daobine ou daoubine (JR) n.f. Faucille dentée permettant de garder le chaume pour les toitures. La daobine coupait la récolte par le mitan : la daobine coupait la récolte par le milieu. [Dénommée quinquenaise au Gouray].

Dard n.m. Vandoise. [Au Gouray, désigne la loche, autre poisson d’eau douce].

Daw ou dao n.m. Banc sur lequel on tue le cochon.

Débet n.m. Goût. Il a mauvais débet, ton cid’.

Débine n.f. Etre dans la débine : avoir des dettes. [PLI 1980 : misère, pauvreté].

Déburoter v. Pisser (se disait un peu à Trémeur). [On disait daburoter au Gouray].

Décoquiller v. Rire fortement et sottement.

Décusser v. Détrôner. Aux cartes : A la quatrième partie, i m’décussit !

Dééri n.m. Torrent d’eau survenant après un orage et emportant divers objets : Pendant la batt’rie, il y eut un orège et le dééri emprortit une partie du grain.

Déjun n.m. Petit-déjeuner.

Démëise adv. Désormais. Se met en général en début de phrase. Variante : mëise.

Demion n.m. Volume de 1 décilitre [utilisé avant 1914].

Dénoncis n.m. Donner son dénoncis : renoncer.

Dépoucher v. 1- Se débarrasser d’un animal dont on ne veut plus en l’emmenant dans un sac. 2- Par ext., laisser sur la route quelqu’un avec qui on voyage (JR) en allant plus vite que lui (JT).

Dér adv. Derrière. Le plus souvent on dit : par dér.

Déracer v. Différer de ses ancêtres. « I n’a pas déracé » : il ressemble à ses ancêtres.

Détourber v. Déranger. « I vient nous détourber ! ». [cf. anglais : to disturb].

Détrofilée n.f. Groupe de personnes ou d’objets qui se suivent.

Deu adj. Chagriné. « Il était tout deu. » [cf. fr. deuil ?].

Dévoloue n.f. Dévidoir de forme carrée sur lequel on enroulait le fil après filage. [se disait traoué au Gouray].

Diab’ n.m. 1- Fardier servant à la manutention des troncs d’arbre. 2- Support à arceaux que l’on accrochait à la crémaillère pour suspendre les casseroles.

Diable n.m. Coléoptère noir.

Dicolaï n.m. [Avant 1925] Fête de fin de gros travaux, par exemple à la fin des battages à l’époque où ceux-ci nécessitaient des attelages.

Dierie n.f. Commérage, fait de parler mal de son prochain [cf. français dire].

Dik’à adv. Jusqu’à, dans le temps et dans l’espace.

Diot adj. 1- Un peu dérangé d’esprit. Tourner diot : devenir fou. 2- Etre diot de quelque chose : aimer beaucoup, raffoler. « J’mange ben du camembert, mais j’n’en suis point diot. ».

Dizeurer v. Prendre le casse-croûte du matin (syn. : ouretter). JR pensait que l’on disait dizeurer si le casse-croûte était pris à la maison.

Dongié n.m. Vomi. « Il a eu un dongié » : il a vomi (RT).

Dongier v. Vomir. Ça me fait dongier : ça me répugne (JR).

Dormoére n.f. Voyante extra-lucide. JR disait aussi dormeuse.

Doué n.m. Lavoir. Se rencontre souvent dans les noms de lieu : le Doué Robert. [cf. breton].

Douve n.f. Fossé le long d’une route (JR) [d’usage peu courant selon RT].

Drapet n.m. pluriel drapiaux Couche en tissu pour bébé.

Dréaw adj. Malin, dans le sens Faire le dréaw, faire le malin, l’intéressant en attirant l’attention des autres.

Dret 1- (n.m.) Droit. « T’es ben trop tort pour connaît’ le dret ! ». 2- (adj.) Droit. Il est ben dret.

Drollée n.f. Collection, série. « Y’en a toute une drollée. ».

Drouille n.f. Diarrhée (voir fouère).

D’valer v. Descendre rapidement [cf. français dévaler].

D’vantière n.f. Tablier de femme.

D’viser v. Causer, bavarder.

D’vorer v. Abîmer, user, notamment en parlant de vêtements : « Il a d’voré toutes ses hardes ». [N’a jamais le sens ordinaire de dévorer. Mais cf. français : velours dévoré, velours usé].

Dzalmanté adj. Remuant. Se dit d’un enfant qui ne tient pas en place.

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2021

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.