Glossaire de parler de Trémeur

Jean RENAULT, édition 2007

 

 

A

Abat-vent n.m. Volet plein, correspondant au fr. contre-vent. En fr., un abat-vent est un objet placé sur une cheminée pour empêcher la fumée de se rabattre.

Aberver v. Abreuver

Abiéner v. 1- Tirer parti des restes de quelque chose. 2- Prendre sans en avoir vraiment le droit : I veut tout abiéner, il veut s’approprier en abusant (un terrain communal, p.ex.).

Abolir v. Démolir (rare) : La maison a été abolie.

Abordée n.f. Petit batardeau qui sert à dériver l’eau d’une rivière vers le bief d’un moulin. Par ext., petits barrages réalisés par les enfants sur le bord d’un ruisseau ou d’un fossé. Une telle abordée n’est pas nécessairement permanente.

A bout court adv. Brusquement. Tourner à bout court, tourner brusquement (était très utilisé à propos des attelages).

Accoter v. Amener en contact avec quelque chose (on disait aussi écotter. Ecotats, écottais : passage difficile dans lequel on touche un ou côtés).

Achetaige (d’) Que l’on a acheté et non produit soi-même : du beurre d’achetaige.

Accrére v. Faire croire : J’n’cré pas, mais tu n’vas pas me faire accrére que …

A çt’houre adv. Maintenant (à cette heure).

A-cul adv. On met une voiture à cul pour la décharger, l’arrière touchant le sol.

Adan adv. Mettre bouc adan, mettre quelqu’un sur la face,  à plat.

Adioter v. Tourner fou : I va nous faire adioter. On dit aussi tourner diot.

Adirer v. 1-Endommager, en particulier en parlant des récoltes : A cause du mauvais temps, la moitié de la récolte est adirée. 2- Egarer un objet : J’ai encore adiré mon couté.

Adléïsi adj. Agité, énervé : T’es ben adléïsi a. Jean Renault pensait que cela signifiait : un peu demeuré.

Adré adj. Adroit.

Adsa Ce soir (cf. amatin).

Affaire n.f. Sujet personnel qu’on aborde difficilement, qui nécessite de la discrétion. Dire son affaire à quelqu’un, faire une mise au point personnelle et ferme.

Affaîtiau(x) n.m. Chacune des faîtières du toit

Afficher v. 1-Rendre public, publier (bans du mariage, etc.). 2- S’afficher : se faire voir. Elle aime ben s’afficher.

Affile (d’) : à la file, à la suite. Il but trois bolées d’affile.

Afistorium n.m. Toute sa petite boutique, tout ce dont on peut avoir besoin, un peu pour parader.

Affutiaux n.m. Accessoires divers (terme peu utilisé à Trémeur selon J. Renault).

Age n.f. Age (même sens qu’en fr., mais toujours employé au f.) : T’es de la même âge ; être dans les âges-là.

Agotonner v. Se mettre en grumeaux, en gotons. Très utilisé à Trémeur dans le sens : mettre en boule de la laine ou de la bourre : Tu as les cheveux tout agotonnés.

illou adv. Ailleurs

Airette n.f. Petite parcelle. Airette de pâ : petite parcelle de pois ou de haricots dans lun jardin.

Amain adv. En état de marche : Je ne suis pas à mon amain (je ne suis pas à l’aise pour mon travail) ; remettre quelque chose d’amain (remettre en état, remettre à sa place).

Amatin adv. Ce matin (voir a⁄né).

Amouléïger v. 1- Calmer avec des paroles : Sa fille était en train de brére, i l’amouléïgit. (J.R.) ; 2- S’amouléïger : se calmer. T’en fais pas, i va s’amouléïger (se disait surtout des attelages).

Ampan n.m. Distance de la pointe de l’index à celle du pouce écarté au maximum, soit environ 23 cm. (J.Renault écrivait épan).

Andon n.m. Avoir de l’andon : durer longtemps. Ça a d’l’andon, ça a de la durée. Se disait par exemple pour le beurre qui, plus dur, durait plus longtemps (J.R.).

Ané adv. Aujourd’hui.

Anijoué n.m. Nichet, œuf en plâtre qu’on met dans un nid où l’on veut que les poules aillent pondre.

Anniger v. 1- Rites de noces (on annigeait les époux) qui consistait à mettre les jeunes époux tout habillés dans un lit après le repas de midi en leur servant une rôtie (v. ce mot). 2- Aider à emménager (entendu en 1977, en parlant de retraités qui venaient s’installer définitivement : on va les anniger samedi). 3- (Expression). Il reste à anniger les poules : il reste à traîner à la maison au lieu d’aller au clos (Robert Tardivel).

Anvin n.m. Orvet. Au Gouray, désignait au début du XXème siècle tout animal rampant.

Aouvanne n.f. Auge. Aouvannée : contenu d’une auge.

Apion (d’) adv. D’aplomb (J.R.) Dans les années 1970, on dirait plutôt d’aplomb.

Apparescence n.m. Aspect, apparence : Je n’sais pas si la biâtrie (v. ce mot) s’ra belle, mais elle a belle apparescence.

Appouyette n.m. Pieu de soutien aux branches trop chargées en fruits (voir fr. appui).

Ardiller v. Salir. Se disait surtout à Trémeur pour la boue en bas des pantalons.

Argent n.f. Argent (même sens qu’en fr., mais employé au f.).

Armouère n.f. Armoire.

À r’vée adv. A l’envers : Etre mauvais comme un bouc à r’vée.

Assemblée n.f. 1- Pardon religieux. L’assemblée de la chapelle du Chêne à Dolo.

Assemblée d’iaux : confluent.

Assister v. 1-Assister aux obsèques de quelqu’un : L’Homme-là était-y bien assisté ! (entendu 2 fois en 1977) 2- Bien assisté : qui a été bien aidé dans son entreprise.

Assoti v. 1-Assommer : J’vais t’assoti ! 2-S’assoti : s’étourdir en se cognant la tête contre un obstacle.

Atéïner v. Attirer un animal domestique par de la nourriture qui lui plaît (J.R.). Il est atéïné : il revient toujours (R.T.).

Àtelle n.f. 1-Bûche de bois coupée à une longueur de 2 pieds (66 cm) pour être débitée plus tard. 2-Cadre de bois sur lequel est fixée la bourre du collier des chevaux.

Atta ! interj. 1-(J.R.)Viens ici près de moi : Atta, mon p’tit gâs. 2-(R .T.)Dépêche-toi ! (sur un ton très paternel).

Attendre v. Résister, au sens mécanique : Il a pendu ça au bout d’une ficelle, mais la ficelle n’a pas attendu, elle a écourté !

A⁄ubiche n.f. Idée, intuition : avoir de l’a⁄ubiche. Se prononce aussi èwbiche.

Autant adv. Souvent utilisé par euphémisme. J’aime autant : je préfère.

Avient (ça s’) Expr. Ça se présente. Ça s’avient ben : ça se présente bien.

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2021

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.