L'émergence de l'Etat-providence

Les années 1850 à 1950 constituent un siècle de grand développement de la puissance publique : création de l'école obligatoire, colonisation d'une vaste partie de l'Afrique et de l'Indochine, réalisation d'ouvrages de génie civil considérables, souvent liés à la mise en place des transports publics, assistance publique, recherche scientifique, etc. Cette mutation fut à la fois sociale et politique, faisant souvent de l'Etat une puissance providentielle et l'ultime recours contre les inégalités. Ce schéma politique de développement ne fut pas adopté par les nations européennes qui avaient, au contraire de la France, construit leur identité sur la diversité et la fédération de leurs territoires.

 

Dans un pays de longue tradition centralisée, de Colbert à Napoléon 1er, de Louis XIV à Jules Ferry, ce développement s'est traduit par la montée en puissance d'un Etat déjà très présent. Il a entraîné le recrutement progressif de centaines de milliers d'agents publics à travers l'ensemble du territoire, créant ainsi une réponse indirecte à la question de la surpopulation des campagnes et de l'emploi de sa main d'oeuvre.

 

La famille RENAULT n'a pas échappé à ce phénomène économique et social de grande ampleur : après des siècles de vie paysanne dans les communes du Mené, ses descendants quitteront souvent les villages d'origine et certains seront buralistes, militaires, policiers, enseignants ou ingénieurs de l'Etat.

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2017

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.