Branche MASTIN : de Douai à Brest

  • Une migration vers 1865.

 

Adolphe MASTIN , né à Lambres-lez-Douai le 21 juillet 1839, poursuit l'évolution sociale de sa famille. Celle-ci a définitivement quitté la condition rurale et l'agriculture et a saisi le développement de l'industrie et de l'Etat.

 

Adolphe choisit la carrière militaire. Il est incorporé dans la "Royale" où il exercera la fonction de Second-Maître mécanicien.

 

Ce choix lui impose à l'évidence de quitter le Nord : c'est à Brest, grand port militaire où il ne possède aucune attache familiale, qu'il s'installe avant 1864, à l'âge de 23 ou 24 ans, 

 

Il s'y marie le 22 juin 1864 à une jeune femme brestoise, Marie DAVY, dont les parents et ancêtres sont originaires de Normandie (Truttemer-le-Grand et Perriers-en-Beauficel).

 

Adolphe et Marie s'installent au 45 rue Traverse. Ils y auront au moins deux enfants :

 

- Marie Estelle, née à Brest en 1865 et décédée à Brest en 1928

- Pauline Héloïse (dont nous descendons), née à Brest en 1867 et décédée chez sa fille Andrée à Deauville en 1959.

 

  • Pauline MASTIN et le départ de Brest.

 

A 20 ans, Pauline fait la connaissance de Charles MORLAIS, cuisinier à l'hôpital maritime, dont les ancêtres sont originaires de St-Gilles (Ille-et-Vilaine) à qui elle se marie le 28 octobre 1887.

 

Le couple aura sept enfants. Cette descendance, qui se disperse géographiquement, est développée dans le chapitre relatif à la dispersion de la famille MORLAIS.

 

Des raisons familiales anciennes et peu connues vont sans doute renforcer la dispersion de la famille MORLAIS. Quelques temps après le décès de son mari Charles en 1921, Pauline quitte Brest et certains de ses enfants pour s'installer à Deauville chez sa fille Andrée dont le mari, Emile VALLEE, est souffrant et peu valide. C'est là qu'elle décèdera en 1959 à l'âge de 92 ans.

 

Les relations entre certains enfants et leur mère semblent être restées réduites, se limitant parfois aux vœux de nouvel an.

 

Pauline MASTIN en 1952 à Deauville devant la maison de sa fille Andrée MORLAIS.

Mise en ligne : mars 2022

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2022

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.