Famille Morlais : la dispersion

La dispersion familiale du XXème siècle

 

 

Après quelques décennies, la famille MORLAIS va progressivement se disperser et la mort de Charles sonne partiellement le glas de la vie brestoise.

De tous les enfants brestois de Charles MORLAIS et de sa femme Pauline MASTIN, un seul restera dans la ville du Ponant.

 

Andrée MORLAIS épouse en 1918 Emile VALLEE qui, en tant que marin pilote fluviatile, exercera sa fonction dans l'embouchure de la Seine. Le couple quitte Brest pour s'installer à Deauville. Andrée y décède sans enfant en 1978.

 

La mère des enfants, Pauline MASTIN, veuve de Charles, quitte à son tour la ville de Brest pour s'installer chez sa fille Andrée à Deauville. Elle semble rompre avec la plupart de ses autres enfants, et notamment avec sa fille Marie Adolphine. Elle décèdera à Deauville en 1959.

 

Marie Adolphine MORLAIS commence sa carrière à Brest aux Télégraphes puis au Téléphone, où elle fait la connaissance de François LE BAILL qu'elle épousera en 1917.

Le couple mène une vie brestoise jusqu'en 1937 avec leur fille Marie, née en 1918.

La famille s'installe à Paris, près de la faculté de Pharmacie en vue de faciliter les études de Marie.

Marie Adolphine décède à Paris en 1940, à l'âge de 50 ans.

 

Un autre enfant, Charles MORLAIS, quitte Brest pour l'Est puis l'Ile-de-France.

Il se marie à trois reprises : en 1918 à Châlons-sur-Saône, en 1931 à Vaucresson puis en 1947 à Neuilly-Plaisance où il décède en 1957.

 

 

Seul Paul restera à Brest. Il se marie à Françoise LE GUEN en 1920, dont il aura un enfant, Paulette MORLAIS. Il décèdera à Brest en 1966.

Paulette MORLAIS, épouse ROSMORDUC, décède à Brest en 2012.

 

 

 

______________

 

 

Mise en ligne : septembre 2021

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2021

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.