Paul Jean et l'installation à Lannebert.

 

Les enfants de Louis JAN et de Marie Jeanne LE ROHAN voient leur nom augmenté d'une lettre par les caprices de l'Etat-Civil. C'est l'orthographe JEAN que l'on trouve désormais dans la plupart des actes, tandis que le surnom Blais disparaît.

Ce dernier, même s'il n'est plus mentionné par écrit, continue cependant à être porté par les membres de la famille comme en témoigne le fait que vers 1910 encore, notre ancêtre Louis Jean était appelé "Blezo" par les habitants de Liscorno[1]. C'est d'ailleurs sous ce nom que les habitants actuels qui l’ont connu ou qui ont entendu parler de lui se souviennent le mieux de lui.

 

Paul, dont nous descendons, naît le 4 juin 1809 à Goudelin. Il a au moins une soeur, Françoise, née à Gommenec'h un peu avant lui, et au moins deux frères : Philippe né en 1812 et Guillaume né deux ans plus tard. On peut penser qu'il y eût d'autres enfants entre Françoise et Paul. Un enfant né en 1817 et prénommé Jacques meurt à l'âge de trois mois. Cinq ans plus tard naît un nouvel enfant, mort-né et dénommé comme il est d'usage « Anonyme JAN » sur l'acte paroissial.

 

A 18 ans, alors qu'il est déjà sans doute tisserand, il perd sa mère. Son père ne reste pas veuf longtemps et se remarie six mois plus tard à une autre filandière de Goudelin nommée Jeanne Le Banner.

Pendant plusieurs années, Paul travaille le lin dans sa paroisse natale. Il fait la connaissance d'une jeune fille de Lannebert, Anne BRIEND (ou Brient, Briand suivant les actes). De condition sociale très modeste, Anne est la fille d'un ménager et d'une filandière. Elle exerce elle-même ce dernier métier.

 

Anne BRIEND et Paul JEAN se marient en l'église paroissiale de Lannebert le 27 juin 1837. Ils ont alors tous deux 28 ans. Comme le veut souvent la tradition, ils s'établissent dans la commune natale de l'épouse et c'est ainsi que, jusqu'à la fin, les JEAN vont désormais habiter Lannebert.

Le couple a au moins un enfant, Louis (le père de grand-mère).

 

Paul va tisser de la toile pendant cinq ans, mais meurt prématurément à l'âge de 33 ans le 6 août 1842, probablement à la suite d'une maladie ou d'un accident. Anne Briend restera veuve durant 33 ans et décèdera en 1875 à l'époque de la naissance de ses deux petites-filles, Anne Louise et Marie Augustine.



[1] Témoignage oral recueilli au village de Liscorno auprès de plusieurs habitants, notamment Guillaume HUET et Madame LE GOUSSE en 1982.

(c) Jean-Marie Renault, 2008-2017

Reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.